DarkRoom

Douzy’k Festival | Samedi 23

Skip the Use @ Douzy’k Festival | 23.07.2011

Cette édition du Douzy’k Festival était la quinzième du nom. Une édition de fête, parce que 15 ans, c’est pas rien. Quinze éditions de bons et loyaux services, quinze éditions de haut et de bas.

2000 : -M- et les Négresses Vertes sont attendus mais la météo oblige l’organisation à l’annulation du festival. Qu’à cela ne tienne, un chapiteau de cirque est monté pour les éditions suivantes
2010 : Une année sans, une année blanche pour le doyen des festivals ardennais, manque de temps sans doute. Rappelons que le festival tenait grâce à l’engagement de deux personnes, Bérangère et David.

2011 : La Quinzième se doit alors d’être une grande fête mais voilà cette année est une année pourrie pour les festivals d’été. Rare, très rare sont ceux qui sont passé entre les gouttes et Météo France n’est guère encourageant quant à ses prévisions pour cette année anniversaire. Oui, mais voilà il fallait bien qu’un jour ça tourne et c’était prévu pour cette année ! Un cadeau d’anniversaire. Alors que tout le département est sous la pluie, le Douzy’k Festival, lui, passe entre les gouttes. Pas plus de suspense, le public lui était présent et malgré les mauvaises prévisions il s’est déplacé en nombre. 3000 pré-ventes (pour les deux jours) le matin de l’ouverture du festival pour un résultat final de 5400 personnes. La pluie n’a pas effrayé et je dois bien dire que la prog était alléchante. Ceci explique surement cela !

Ambiance

Stuff Box

Ça fait plaisir de voir les Stuff Box sonorisés comme il se doit ! Tout de suite leur rock prend une autre ampleur.  Ouverture de festival ne rythme pas toujours avec plaisir. Le public reste clairsemé devant la scène souvent plus préoccupé par la découverte du site que par le premier groupe. Mais les Stuff Box ont pris leur pied et nous aussi !

Temple

Après le rock des Stuff Box, place au métal des Temple. Nouveau line-up avec l’arrive de Razemotte à la batterie qu’on a plus l’habitude de voir, ces dernier temps, à la guitare dans A La Menthe Violette que derrière une batterie dans un groupe de métal.
Les quatre “métalleux” ont de la bouteille. C’est propre et même sans être fan du genre ça passe carrément bien !

Le Prince Miiaou

Le Prince Miiaou ou la bêtise de quelques uns !
C’est certain qu’après un groupe de métal, un groupe rock indé voire post-rock pour certains (mouais …) c’est pas l’idéal.
Apparemment le gouffre qui sépare la voix de Julien, chanteur de Temple, et celle de Maud-Elisa Mandeau alias Le Prince Miiaou était trop important pour 4/5 festivaliers plus âpres à faire entendre leurs blagues et jeux de mots de mauvais goûts plutôt que de laisser l’artiste sur scène se faire plaisir et faire plaisir à ceux qui sont assez respectueux pour l’écouter !
J’imagine mal le groupe garder un bon souvenir du public ardennais, c’est bien dommage.

Skip the Use

Ce n’était pas les plus attendus de la soirée mais force est de constater que la bande à Matt Bastard a fait plus que lancer la soirée. Ils ont mis le feu. Matt, le chanteur, est survolté et ça ne s’améliore pas sur la fin du concert lorsque le groupe reprend Song 2 de Blur. Frah des Shaka, qui regardait le concert pénard depuis les coulisses de la scènes s’est retrouvé sans avoir vraiment compris ce qui se passait sur la scène un micro entre les mains à reprendre en coeur avec le public, qui n’en demandait pas tant, le tube de Damon Albarn.

Shaka Ponk

Mr GOZ était de retour dans les Ardennes avec les Shaka Ponk. Force est de constater qu’ils étaient attendus. Facebook regorgeait d’appel à Shaka Ponk montrant tout l’intérêt du public et surtout toute l’attente que le groupe aux Monkeys suscite !
J’avais eu le plaisir de les voir au Parc des Expos de Charleville le 30 avril dernier et je ne tarissais pas d’éloges sur leur prestation. Ils sautent toujours partout, sont infatigables, c’est un vrai show.
Si la vidéo induit une improvisation assez limitée côté musical, un proche du groupe me disait que pour le reste c’était du freestyle total. Après ce concert, j’en doute. J’ai l’impression d’avoir vu un copier/coller du précédent show. J’espère bien avoir l’occasion de les revoir pour démentir cette mauvaise impression.
Quoi qu’il en soit, millimétré ou pas, le show reste impressionnant par son intensité et sa qualité, faut pas cracher dans la soupe !

Danakil

Le reggae de Danakil a ensoleillé la nuit du Douzy’k. La foule est restée jusqu’à la fin pour applaudir le groupe lui aussi très attendu. Je n’écoute pas de reggae car ça ne me transporte pas. Je n’ai pas aimé le concert mais je n’ai pas détesté, en tout cas ça terminait bien la soirée à en croire les réactions dans le public !