Rover – Rover

Rover fait l’effet d’une petite bombe depuis la sortie – le 3 Octobre 2011 – de son premier EP.
Disponible depuis quelques jours sur Deezer, l’album éponyme du français nous transporte dans un univers mélancolique et mystérieux. Rover est décidément inclassable tout comme sa voix, puissante et fragile à la fois. On se laisse facilement porter par ses mélodies venues d’ailleurs.

Aqualast est certainement le tube de l’album comme elle le fût sur l’EP. Sa voix grave sur les couplets pose une ambiance presque dérangeante et sa voix aigüe et prenante sur les refrains allège un peu cette impression. Aqualast ouvre de fort belle manière cet album en nous laissant découvrir une voix hors du commun capable de jolies prouesses et d’envolées impressionnantes.
Remember est moins conforme à ce qu’on connait de l’univers de Rover avec cette petite intro au clavier donnant des accents un poil électro. Moins conforme, musicalement tout du moins car du côté de la voix – oui encore et toujours sa voix – on en prend encore pour notre grade tant la puissance est développée avec finesse.
Sur Tonight, également présente sur l’EP, Timothée aka Rover, s’amuse avec une facilité déconcertante des variations entre les graves et les aigües passant d’une impression de noirceur mettant quelque peu mal-à-l’aise à une sensation plus légère, comme si d’un coup tout allait mieux.
Queen of the Fool
fait partie de ces chansons un brin spéciales. Celles qui sont tristes mais qui maintiennent au fond de nous cette petite lueur qui nous fait tenir. On découvre alors une nouvelle facette de cette voix indescriptible que possède Rover. Moins technique mais plus dans une douceur empreinte d’émotions.
Wedding Bells
est dès la première note très sombre. L’atmosphère est pesante, elle transforme la puissante voix de Timothée en chuchotement.
Carry On
, comme Queen of the Fool, a ce petit côté de noirceur avec une touche d’espoir qui fait de la chanson un moment magique et magnifique. Une chanson émouvante.

Il n’y a pas grand chose de conventionnel chez Rover qui nous offre – après un EP annonciateur du meilleur – un album exquis qui se termine trop rapidement mais qu’on relance vite, très vite tant la complexité des sonorités et le prisme de sa voix offrent de nouvelles découvertes à chaque écoute.
Personnellement, je regrette un peu l’absence de Birds et de Joy présentes sur l’EP et qui ont disparues de l’album, dommage mais pas bien grave.
Rover est à découvrir d’urgence, clairement à ne pas manquer !

Rover est à découvrir en live le 27 mars à La Maroquinerie de Paris et le 17 Avril au Grand Mix de Tourcoing.

Partagez cet article