Main Square Festival 2018 – Jour 3

Le troisième et dernier jour de ce Main Square 2018 commence en douceur et dans une fraicheur relative. En effet, s’il fait encore très chaud, ce n’est finalement presque pas grand chose par rapport à la veille et ça fait beaucoup de bien.

Le programme est tout aussi chargé, et si pour des raisons de logistique je rate le premier groupe de la journée, je vais tout de même courir toute l’après-midi, tout du moins jusqu’à Portugal. The Man, que je vais devoir me résoudre à rater car à un moment donné, faut bien casser la croute pour tenir sur la longueur.

Au programme, donc, Youngr, The Hunna, Loic Nottet, Tom Walker, Nothing but Thieves, Girls in Hawaii, IAM et Jamiroquai !

Youngr

Le phénomène Youngr ouvre ma journée sur la MainStage. Songwriter, producter, batteur – surtout – guitariste & pianiste – un peu –   ainsi que chanteur d’une pop électrique qui sort des sentiers battus, Youngr est aussi et surtout un showman, presque de standup, qui sait tenir sa scène avec ses instruments pour seule compagnie. Il met le sourire aux lèvres et c’est tout ce qu’on peut espérer pour bien débuter une dernière journée de festival.

The Hunna

Les allers/retours MainStage – GreenRoom reprennent et c’est, cette fois-ci, pour découvrir The Hunna et son pop-rock bien efficace. Le public commence à être nombreux dans la Citadelle et notamment devant la GreenRoom.

Loïc Nottet

En arrivant, j’ai croisé énormément de t-shirts à l’effigie de Loic Nottet. Si le nom ne m’est pas inconnu, je ne sais pas du tout à quoi m’attendre pour autant. Sacrée surprise de le découvrir sur scène. Son spectacle mêle danse contemporaine et une pop ultra-efficace. C’est singulier et la performance danse – chant impressionnante, au-delà du danseur ou du chanteur. C’est singulier donc clivant, je vois certains de mes confrères un peu circonspects par le show, peu habitués à ce genre de performances. Chapeau en tout cas !

Tom Walker

Tom Walker a remplacé X Ambassador, pas à la dernière minute mais pas loin. Très attendu, semble-t-il, par le public d’Arras, le phénomène pop fait mouche malgré un set un peu trop posé à mon goût. Il n’empêche que c’est agréable à écouter.

Nothing But Thieves

Les Nothing but Thieves apportent leur touche « énervée » à la journée plutôt pop. Leur Rock alternatif est très efficace. Les riffs sont acérés et perso je suis content d’entendre enfin un peu de rock qui sait envoyer ce qu’il faut quand il le faut ! Le public de la MainStage semble également bien content de se dégourdir les oreilles. Nothing but Thieves fait mouche mais il est déjà temps pour moi de filer vers la GreenRoom pour un des groupes que j’attends vraiment, Girls in Hawaii.

Girls in Hawaii

Arrivé en avance – histoire d’être bien sur de ne pas rater les Belges – sur la GreenRoom, je découvre une scène parsemée de petits drapeaux belges un peu partout. La demi-finale (édit : perdue) par les Belges n’étant pas encore jouée, le geste est sympa. J’attends donc beaucoup du groupe d’indie-pop, surtout que j’ai toujours réussi à passer à côté de leurs concerts où que je me trouve et je suis bien déçu de leur prestation !!! Autant leur musique est géniale, autant ils sont chiants à mourir sur scène.

IAM

IAM, MainStage, premier très gros rendez-vous de cette dernière journée. Tenez-vous bien, jeunes fous et rappeurs de tous bords, la LEÇON commence. Le légendaires Akhenaton et sa bande débarquent sur la MainStage vêtus de blouson de cuir et de masques faisant rappel au Japon médiéval et aux samouraïs. L’effet est immédiat et le flow du groupe, tranchant, met tout le monde d’accord. Les Daddy du hip-hop français sont au sommet de leur art et je reste même après mes 4 titres photos pour profiter du spectacle. Respect !!!

Jamiroquai

Avant d’aller affronter le concert, que j’attends tant, de Jamiroquai, je fais une petite pause pour me restaurer et être au top de ma forme pour le concert de Jay Kay et sa bande. Je le découvre à 12 ans en 1998 sur une compilation d’un jeu vidéo de snowboard en même temps que Ben Harper, Nada Surf, Sublime, Weezer ou encore Prodigy et avec le recul, la BO est quand même plutôt énorme. Bref, Jamiroquai, j’écoute depuis un bail et ça fait partie de ces groupes que je n’avais encore jamais eu l’occasion de voir et encore moins de shooter. Autant dire que je suis excité comme une puce.
Alors, oui, Jay Kay n’a plus 25 ans mais plutôt 48 alors forcément côté danse, c’est moins fort mais il se donne toujours à fond, et sa voix… sa voix reste toujours la même. Ça groove, les tubes s’enchainent et autant dire que le nouveau chapeau Iroquois et lumineux de Jay Kay est du meilleur effet et remplace à merveille ses prédécesseurs de plumes. Après mes trois titres réglementaires et une belle claque, je file à l’anglaise direction Charleville car la route est longue et qu’il se fait déjà tard. Ça n’en reste pas moins frustrant car j’en aurais bien repris pour une belle heure de plus à groover aux sons de Virtual Insanity et autres You Give Me Something ou encore Little L.

Ambiances

Le Main Square n’a pas son pareil pour regrouper des groupes de légendes sur une seule et même édition. Jamiroquai, IAM, Queens of the Stone Age, Dépêche Mode pour ne citer qu’eux et ce cru 2018. Les photos disséminées sur le site nous rappellent que tous sont venus à Arras un jour ou l’autre.
À bientôt Arras !!!

Partagez cet article